Cette question que tout débutant dans le milieu des cours particuliers à domicile et du soutien scolaire se pose, les professeurs de L’AS DES COURS en ont débattu lors de la dernière réunion de début d’année. Nous vous faisons partager ici le résultat de notre réflexion au sujet d’années d’expérience de professionnels du cours particuliers engagés et passionnés dans ce compte-rendu.

Le précepteur : ancêtre du professeur particulier

L’activité professionnelle de précepteur remonte à l’Antiquité puisque Ulysse avait déjà recruté un professeur pour éduquer son fils Télémaque. Le précepteur a longtemps été le maître de l’éducation des têtes blondes des grandes familles. Nobles ou riches payaient un professeur qui s’établissait à demeure souvent pour plusieurs années et il était recruté par réputation ou par recommandation.

La forme moderne du métier de professeur particulier

Pendant les années 50 en France, le métier de précepteur change de visage. Les enseignants « particuliers » ne vivent plus de leur art avec le développement de l’école publique et les changements de la société vers plus d’égalité en terme d’accès à l’éducation. Ce sont des enseignants titulaires et des étudiants en Ecole Normale qui se mettent à donner des « petits cours », version française de ce qui deviendra bientôt le « home schooling » aux États-Unis.

Pendant longtemps, les « petits cours » sont dispensés par des enseignants qui arrondissent leurs fins de mois en se déplaçant au domicile des élèves qui le demandent ou en prodiguant leur aide après la classe. Ces cours sont encore réservés à une certaine élite et les enseignants ne sont pas déclarés pour ces heures « supplémentaires » mises à profit pour aider un élève précis autour d’un besoin précis, contrairement à la classe.

L’apparition du métier de professeur particulier

Le métier de professeur particulier apparaît réellement en 1995 avec la création du chèque emploi service qui intègre dès le départ le soutien scolaire à domicile dans les professionnels couverts par le dispositif. Le chèque emploi service fait du professeur un « salarié du particulier employeur » d’abord appelé « employé de maison » pendant près de 10 ans. Les intervenants sont alors déclarés et bénéficient d’une couverture sociale avec une participation très simple de la part des familles de particuliers et à moindre coût.

Cette opportunité est saisie par de nombreux professionnels qui choisissent de se professionnaliser car l’enseignement est leur vocation mais ils préfèrent ne pas intégrer l’Education Nationale pour diverses raisons de liberté et de souplesse. De nombreuses enseignes apparaissent sur le marché, profitant de cet engouement et de la demande croissante par les familles inquiètes de professionnels déclarés et qualifiés.

La nouvelle donne de 2013 pour les professeurs particuliers

Le chèque emploi service est devenu universel au début du nouveau millénaire et les offres de cours de véritables spécialistes sont devenues pléthoriques. Un nombre croissant de professeurs, dont les intervenants de L’AS DES COURS professionnels des cours particuliers à domicile pour 70% d’entre eux, vivent de leur activité. La nouvelle loi de Finances du 3 décembre 2012, entrée en application le 1er janvier 2013, remet en cause le statut de professeur particulier. Certes la loi permet une meilleure couverture sociale pour les professeurs mais d’un autre côté augmente significativement les charges sociales pour les particuliers employeurs, amputant d’autant la capacité de financement des familles. Le nombre des élèves diminue pour les professionnels car les familles leur préfèrent les cours « au noir » donnés pour la plupart par des étudiants ou des professeurs peu scrupuleux (un professeur titulaire doit demander l’accord de sa hiérarchie pour pouvoir dispenser des « petits cours » et bien entendu les déclarer à l’administration fiscale).

Cette nouvelle loi a changé la donne pour tous les professionnels du secteur qui déplorent un recours grandissant aux prestations « au noir », effet pervers d’un système censé améliorer les choses mais qui le condamne à petit feu malgré les milliers d’emploi créés ces vingt dernières années…

Il reste en tous cas beaucoup à faire pour que le statut de professeur particulier soit reconnu et bénéficie d’une véritable reconnaissance. Tout le monde connaît ce métier mais peu ont conscience de la réalité qu’elle recouvre exactement.

Publié le par

2 réponses à Professeur particulier : un vrai métier ?

  1. Guillaume dit :

    Oui, un vrai métier, cependant effectivement la concurrence des cours particuliers est accrue, sans compter ceux non déclarés, il faut bien faire son choix 😉

  2. Professeurs Particuliers dit :

    La croissance de cette activité est due à plusieurs causes. Le premier facteur est la demande grandissante de la part des parents pour des cours particuliers assurés par des professeurs qualifiés et expérimentés. Pour cela il est peu surprenant de ce métier se développer de manière aussi marquée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *