Etre collégien aujourd’hui ce n’est pas facile. Les adultes le regardent parfois comme s’il venait d’une autre planète et ils se posent beaucoup de questions à son sujet. Les parents se sentent impuissants devant tant de nouveauté. L’adolescent, lui, a l’impression de ne pas être compris.

Le collégien a en lui tant de richesses mais comment l’aider à trouver son chemin ? Comment le mobiliser dans son travail scolaire et dans sa vie ?

Cours particuliers collège

Le collégien est toujours content de voir son professeur de cours particulier mais il est d’humeur variable.

Un jour, il est en forme et a envie de travailler, de vous raconter sa journée au collège, les petites habitudes de la prof d’anglais qu’il aime bien mais qui donne trop de travail, le menu de la cantine, la dernière invention de son meilleur ami… mais il faut le recentrer !

La semaine suivante, il est déprimé, il a eu une mauvaise note en musique parce qu’il avait oublié de noter qu’il y avait une interro, il a perdu son porte-clefs favori et la fille qu’il préfère ne lui a même pas dit bonjour, et il faut le rassurer et le mobiliser. Le professeur particulier connaît bien les adolescents.

Adolescence et collège

Les collégiens, c’est un âge sympa !
Souvenez-vous: pas encore adulte mais encore un peu enfant. Les parents sont relous mais il les aime bien quand même lorsqu’ils l’emmènent au cinéma et au Mac Do.

Le collégien ne veut pas que les adultes surveillent les devoirs de trop près, qu’ils critiquent ses copains ou l’empêchent d’aller sur Facebook mais il a besoin de les sentir présents comme une bouée de sauvetage en cas de naufrage. Autonome mais pas trop… Pas trop vite, pas tout de suite.

Rapport ado-parent

Aidez-moi encore mais pas toi papa, tu t’énerves trop vite. Maman ? J’aime bien parler avec toi quand je l’ai décidé mais je ne veux pas que tu me juges par rapport à mes notes.

Le rapport ado-parent n’est jamais simple car il faut tenir compte de la personnalité de chacun en maintenant l’autorité mais en montrant à son adolescent qu’on lui fait confiance et qu’on le laisse grandir à son rythme.

Parler scolarité avec son ado est un peu compliqué… Surveiller les devoirs peut rapidement tourner au vinaigre avec les parents ou un membre adulte de la famille parce que l’ado n’aime pas qu’on le sente en difficulté ou qu’on le juge.

Mais qui alors ? Un professeur particulier ? Pourquoi pas ? Il serait l’interface entre l’adolescent et sa famille pour éviter les conflits et emmener le jeune vers une meilleure compréhension du monde et de lui-même. Beau métier n’est-ce pas ?

Adolescence au grand coeur

Le collégien a un grand cœur, il est prêt à mettre tous ceux qui le veulent dedans. Sauf ceux qui le déçoivent, lui font du mal comme quand un ami le trahit. Il fait l’apprentissage de la vie mais en moins dur, sous la protection des parents qui veillent malgré tout pas trop loin… Il joue les durs, le collégien, mais il est fragile à l’intérieur.

C’est un petit homard en pleine mue pour reprendre le concept de Françoise Dolto. Il a perdu la coquille de l’enfance mais sa carapace d’adulte n’a pas encore poussé. Il est entre deux âges et cherche son chemin, s’interroge sur tout ce qui l’entoure. Il n’a pas d’œillères, il n’a pas encore été formaté. Alors quand même les parents ne le lâchez pas tout de suite ! Quand il joue le rebelle, c’est qu’il a besoin d’écoute et d’amour.

Orientation au collège

Ils sont plein d’énergie ces collégiens. Ils ont des idées plein la tête sur tout et tout le monde. Ils ont même leur petite idée sur l’économie mondiale, le système bancaire et la politique pour peu que l’on prenne le temps de les écouter.

Pour le moment, la vie n’a pas détruit leurs rêves. Ils se voient footballeur professionnel, grand avocat au barreau de Paris, pilote de course, hôtesse de l’air, mannequin vedette chez Elite, grand reporter… Et cela les porte tous les jours, leur donne la motivation pour aller de l’avant et notamment pour aller au collège parce que ça, ce n’est pas toujours marrant.

Un petit peu d’orientation dans leur cursus, c’est les aider à entrevoir l’avenir parce que pour l’instant demain n’est pas là. Les adultes n’ont parfois plus cette envie de vivre qui fait tant plaisir à voir. C’est merveilleux de voir qu’à cet âge on est prêt à tout et on croit encore à tous les possibles de l’existence. Tant de chansons font échos à cet enthousiasme que les adultes, échaudés, fort de leur expérience et aussi de leurs désillusions, n’ont plus.

Travailler avec les collégiens

Ah ! Les collégiens ils me donnent envie de me lever tous les matins. Je leur donne un petit morceau de mon savoir, quelques connaissances acquises au gré de mes études et de l’existence, et eux, ils me donnent une leçon de vie, me font grandir dans leur impatience de croquer la vie à pleines dents.

Qui a dit que travailler avec les ados c’était l’enfer ? Moi je dis que c’est du bonheur.

Publié le par

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *