On rêve tous d’un enseignant qui aime son métier plus que tout, qui sait être à l’écoute et qui a « de la poigne mais dans un gant de velours »… Un enseignant qui donne envie aux jeunes de se lever le matin pour aller en cours. Mais qu’est-ce qu’un bon enseignant ?

Le bon enseignant, que ce soit en établissement scolaire ou en cours particuliers, en formation initiale ou en formation continue, est celui qui sait se mettre à la portée de son élève quels que soient son niveau, sa classe, son âge, ses difficultés ou ses attentes.

Le plus beau métier du monde ?

Le bon enseignant aime son métier, il l’a choisi et ce n’est pas faute de mieux qu’il est là, auprès de son élève. Il estime que la meilleure chose qu’il puisse faire c’est de transmettre son savoir, faire avancer l’élève en le rendant maître de ses connaissances mais aussi de son orientation et donc de son avenir.

Professeur, enseignant, formateur…

Bien enseigner c’est d’abord écouter, capter les besoins, les questionnements et répondre à la soif d’apprendre que toute personne porte en elle, la nourrir, la développer et lui donner de bonnes méthodes de travail pour qu’elle puisse poursuivre son chemin en toute autonomie. Bien enseigner c’est faire en sorte que l’élève puisse se passer de professeur à terme et évoluer en utilisant ce qui lui a été transmis.
Bien enseigner va au-delà d’apprendre, c’est une transmission pleine de sagesse et de bon sens, un peu d’humanité qui passe d’un individu à un autre, du maître à l’élève mais aussi de l’élève au maître car bien enseigner c’est aussi s’émerveiller, apprendre tous les jours de l’autre peu importe ses origines et son savoir.

Cours en face à face

Le merveilleux de l’enseignement passe dans cette réciprocité unique, cet échange riche de mille découvertes. Chaque élève apporte d’autant plus que l’enseignant donne et quand l’échange est vrai. En ce sens, le véritable échange surgit dans le face à face, dans le cours particulier ou en petit groupe, où l’élève en confiance s’ouvre à autrui et où l’enseignant comprend mieux son besoin spécifique.

Enseigner l’autonomie

Mille et un chemins sont possibles pour accéder au savoir mais l’essentiel est de suivre son professeur sur la voie que nous avons d’abord choisie. Peu à peu c’est l’élève qui décide de la voie à suivre et qui prend les commandes.

Le professeur procède là comme le moniteur d’auto-école : il laisse dans un premier temps seulement le volant à son élève puis les commandes en plus du volant, enfin les pédales et le passage des vitesses. A la fin de sa formation, le jeune sait conduire, il passe son permis et part seul avec son véhicule.
Le bon enseignant voit son élève partir de la même façon dans la voie qu’il s’est choisi lui-même. Il n’est là que pour l’aider à prendre sa décision et non pour prendre les décisions à sa place.

Méthodologie

Il faut laisser l’élève se tromper, hésiter, revenir en arrière pour qu’il soit en mesure de réussir devant sa copie. Le bon enseignant ne surprotège pas mais nul n’est besoin de mettre trop de pression sur lui non plus. En étant trop sévère, on provoque des blocages qui ont souvent des répercussions néfastes pendant longtemps et même très longtemps. Il faut savoir encourager à bon escient. Le succès viendra grâce à la confiance en soi gagnée par le savoir-faire de l’enseignant bienveillant.

Choisir un professeur particulier

Faire confiance à un professeur qualifié et expérimenté permet à chacun de se trouver, de valoriser ce qu’il y a de meilleur en soi. Dans notre parcours scolaire, nous avons parfois rencontré des enseignants qui ont tué nos rêves par de petites phrases assassines dites apparemment sans méchanceté. On a tous aimé ou détesté une matière parce que le professeur était plus ou moins bon pédagogue.

Il est donc important de prendre son temps pour choisir le professeur de soutien de son enfant ou son professeur d’anglais en tant qu’adulte et choisir un intervenant professionnel.

Un entretien de « reconnaissance » mutuelle suffit souvent au professeur pour mettre son futur élève à l’aise et permet à l’élève (et à ses parents s’il est jeune) de présenter ses objectifs. En quelques minutes chacun sait où il en est.

Voilà ce que proposent les organismes de soutien scolaire et de formation comme L’AS DES COURS qui proposent un entretien gratuit et sans engagement avant tout cours. N’est-ce pas déjà beaucoup que ce premier contact dans une société où il y en a de moins en moins ?

Publié le par

7 réponses à Le bon enseignant : qui est-il ?

  1. Diana SOREL dit :

    Je suis d’accord avec votre analyse car il faut bien faire attention à la personne à qui l’on confie nos enfants. Un étudiant choisi « à la va vite » risque de ne pas avoir suffisamment de pédagogie et d’expérience pour débloquer un jeune en difficulté. A l’inverse, un enseignant trop scolaire risque de bloquer un enfant déjà fâché avec l’école. Le bon compromis est donc un professeur qui a une bonne connaissance des programmes, une expérience certaine et vérifiable dans son domaine. Et là, c’est mon avis de maman échaudée qui parle! Merci pour votre blog éclairé.

  2. diagonales dit :

    Je partage tout à fait l’avis mis en avant dans cet article en effet la sélection mais aussi la la formation des intervenants sont des moments cruciaux que traite sérieusement trop peu d’organismes de soutien scolaire.

  3. Audrey dit :

    Effectivement chez L’AS DES COURS, le recrutement est au cœur de notre savoir faire. Nos intervenants sont tous des professionnels de l’enseignement et de la formation, d’un niveau minimum bac+3 et tous expérimentés. La sélection se fait sur dossier, entretien de motivation et tests d’aptitude. Les candidats sont tous reçus individuellement et doivent justifier de leurs compétences. Un professeur motivé en vaut deux !

  4. profsos dit :

    Je partage tout à fait l’avis.

  5. lecarpentier dit :

    Bonjour,
    L’expérience des enseignants (en classe comme en cours particuliers) est certainement un atout mais malheureusement dans ce domaine, expérience n’est pas synonyme de qualité…
    Vous l’avez très bien souligné en effet car un élève en difficulté ne peut recevoir un soutien trop « académique » qui ne va rien lui apporter au niveau de sa confiance personnelle.
    L’art de la chose est donc une subtile adéquation entre la qualité des relations avec l’élève et l’objectif à atteindre, par des chemins détournés si nécessaire.
    Il y a tant de choses à dire sur le sujet…

  6. Guillaume dit :

    Je rejoins l’avis des personnes ayant déjà posté ici, il est vrai que le prof (en cours particulier ou non) est le plus important. Il faut qu’il y ait un bon feeling.

    Merci pour votre super article.

  7. Ouaret dit :

    Le feeling est très important entre l’élève et le prof. Des professeurs en poste restent la meilleure des solutions, et sûrement la plus adaptée.
    Très bon article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *